:: CONTEXTE :: REGISTRE DES PERSONNAGES :: BIBLIOTHEQUE :: HUMAINS Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nyx Elessar | Chasseur

avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 22/11/2014
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Nov - 22:20
ELESSAR Nyx


› Âge › 43 ans
› Sexe › Masculin
› Race › Humain
› Métier › Chasseur de Démons
› Statut marital › Veuf
› Continent ou dimension › Asgard, Ouest
› Alignement › Chaotique Neutre

›  Pêchés Capitaux
[] Avarice
[X] Colère
[] Envie
[] Gourmandise
[] Luxure
[] Orgueil
[] Paresse



Description générale

Nyx est un homme tourmenté depuis des années. Tourmenté par sa haine de l'être démoniaque. Tourmenté par sa culpabilité. Tourmenté par sa colère. Mais il est aussi tourmenté par la mort. Sa mort. Mais aussi celles des autres. Ceux qu'il n'a pas sauvé. Surtout la mort de son épouse et femme, celle qu'il avait juré de protéger au prix de sa vie. Et il vit tandis qu'il l'a enterrée. Nyx est, depuis longtemps, un homme sombre et renfermé, intériorisant chaque aspect de sa vie.

Nyx ne parle jamais de lui, de sa vie d'avant. D'ailleurs, il ne parle jamais de ses sentiments, de ses impressions. Il ne souhaite pas se confier à quiconque et, même, a peur de s'ouvrir à qui que ce soit. Car cela reviendrait à s'attacher à cette personne. Celle-ci amenant une nouvelle crainte, celle de perdre cet être qui lui deviendrait cher, Nyx a décidé de vivre de façon solitaire, ressemblant parfois à un ermite.

Pourtant, si Nyx apparaît comme un homme vieillissant, sans but ni rêve, il n'en reste pas moins un être humain, capable de quelques sourires, de francs rires, de discuter lorsque l'on prend le temps de s'arrêter quelques minutes auprès de lui. Pourtant, quoi qu'il arrive, vous aurez face à vous un homme bourru, aussi têtu qu'un âne. Il sera cynique, aussi, et parfois condescendant. Mais, au fond, il reste un homme bon, que l'on a difficile à appréhender sans apprendre à le connaître.

Toujours accompagné de son arbalète, Nyx est un homme prudent, méfiant, qui n'hésite pas à briser les règles, portant son arme dans les fêtes les plus privées, ne souhaitant pas se faire surprendre.
Son dicton préféré : « Mieux vaut mourir l'arme à la main qu'un verre dans le nez. »

Physiquement, le vieillard ressemble à bien des humains. Banal. Sans excentricité. Portant une veste en cuir, améliorée sur les épaules pour mieux supporter quelques coups. En dessous, une simple chemise, souvent salie par la poussière, recouvre son torse. Une ceinture attache son pantalon de paysan tandis que des bottes, faites de cuir, chaussent ses pieds.

Son visage, comme son corps, est celui d'un homme ayant vécu chaque année de sa vie dans le peuple, comme un simple homme de la campagne. N'ayant jamais connu la vie de la Capitale, ne connaissant ni ses modes ni ses habitudes, l'homme s'est créé son propre style. Son visage est ainsi dessiné d'une barbe et moustache grisonnante, tandis que ses cheveux gris sont tirés en arrière à l'aide de quelques huiles végétales.

Son arbalète est l'un des biens précieux qu'il garde soigneusement avec lui, tout comme le médaillon offert par son épouse peu avant la « fin ». Quelques carreaux sont parfois trempés dans le poison.


Histoire

Il est étrange de se souvenir d'un temps passé. D'un temps depuis longtemps oublié. Cela fait dix ans maintenant que je chasse ces ordures. Dix ans, seulement, quand j'en ai déjà 43. Dix ans et j'ai l'impression de faire cela depuis que j'en ai dix. Et après tout ce temps, je suis encore en vie, cherchant à mourir en chassant ces monstres. L'ironie de la vie, je suppose.

L'homme était assis contre un arbre, tandis que les ténèbres l'enveloppaient à la nuit tombée. Emballotté dans sa cape, cherchant à récupérer la chaleur comme il le pouvait, le vieil homme s'était mis à penser, comme souvent quand la soirée laissait place au noir.

Je me demande encore ce que nous ferions, Agathe et moi, si tout cela n'était pas arrivé. Aurions-nous eu un autre enfant, en plus d'Edouard, ou nous serions-nous satisfait de celui-là ? Serait-elle même encore en vie, maintenant ? Peut-être qu'elle m'aurait survécu, en fait. Que je serais parti le premier. L'ironie, c'est que je suis là et pas elle. Et je ne peux m'empêcher de l'imaginer, certains jours, là, près de moi, à se plaindre, à me rappeler ce qui devait être fait. Agathe.

Il soupire. Il sait qu'il pourrait y penser autant qu'il le souhaite, elle est morte il y a dix ans, lorsque les Démons ont ouvert leur portail. Ils ont eu beau s'enfuir, tenant Edouard d'une main, il n'avait pas la sauver. Encore aujourd'hui, il s'en voulait en silence, n'évoquant jamais ce tragique événement.

Tu te souviens de notre première rencontre, mon amour ? Je m'en souviens encore, comme si je te voyais là, dans ce ruisseau, pour la première fois. Aussitôt, je suis tombé amoureux de ta silhouette. Aussitôt, j'avais su que c'était toi, celle que je viendrais demander la main un jour. Mais je n'avais pas osé m'approcher. Moi. Qui aimait tellement faire le fier, je n'avais pas su avancer, gêné, embarrassé. J'avais seulement reculé.

Souvent, il aime croire que la vie aurait pu être différente, que si les Démons n'étaient pas arrivés, tout aurait été différent. Il voulait y croire mais il savait que cela ne changerait rien. Ce jour-là, il avait perdu son amour. Après cela, rien ne fut plus jamais le même pour l'ancien chasseur.

D'aussi loin qu'il s'en souvenait, il avait toujours chassé. Chassé pour lui, d'abord. Pour nourrir sa famille, ensuite. D'abord, la chasse aux bestiaux. Ensuite, la chasse aux démons. Une toute autre forme de chasse. Plus dangereuse. Plus mortelle. Voulait-il donc tant mourir ?

Pourquoi a-t-il fallu que tu te retournes ? Pourquoi as-tu lâché ma main pour venir en aide à ceux-là ? Ils ont survécu, tu sais. Mais tout ce que j'ai retenu, c'est cet homme qui, se relevant, ne t'adresse aucun regard tandis que la lame te coupe en deux sous mes yeux. Heureusement, Edouard n'en vit rien. Aucune goutte de ton sang ne vint obscurcir son regard.

Je sais que tu te demandes encore pourquoi je n'ai pas continué ma vie, comme avant, avec lui et sans toi. Je n'aurais pas su. Quand tu es morte, quelque chose s'est brisé à jamais en moi. Alors, j'ai fait un choix. Alors qu'il était endormi, je l'ai conduit devant le portail d'un orphelinat ouvert pendant la guerre. J'ai laissé quelques mots gribouillés. Cela n'est pas vraiment être un bon père, je sais bien, mais je n'aurais pas su lui offrir la vie que tu lui voulais.


Il avait changé de position, continuant de se remémorer ce temps passé, cette période déjà si lointaine qu'il revivait encore maintenant. Alors que la mort de sa femme le rongeait, il avait pris la lourde décision d'abandonner son fils pour son « propre bien », comme il aimait le penser pour ne pas culpabiliser. Et souvent, au cours des années, il avait voulu faire marche arrière mais, maintenant, dix années étaient passées et l'enfant devait, lui aussi, avoir avancé sur son chemin.

Pendant une période, une sombre passe comme il s'en souvenait, il avait erré. Comme maintenant. Sans rien faire. Il avait longtemps marché. Jusqu'à ce que ses pas le conduisent là où elle était morte. Il l'avait enterrée, seul, creusant sa tombe sous la pluie qui se déversait abondamment. Il avait pleuré. Longtemps. Puis il s'était relevé et était rentré chez lui, comme si tout cela n'avait été qu'un mauvais rêve. Il s'était endormi. Et il s'était réveillé dans cette maison à moitié calcinée.

La réalité était bien là. Il n'avait pas fait que rêver. Alors, comme chaque jour, il s'était levé, avait pris son arbalète et était parti chasser. Sauf que maintenant, la proie n'était plus la bête, mais l'horreur qui s'était abattue.

Quand, enfin, ils m'auront, j'aurai déjà laissé un sillage dans leurs rangs. Et s'ils m'en donnent l'occasion, je planterai mon carreau entre les yeux de l'immondicité qui a conduit à cela.


Le joueur
› Nom du Joueur : XXX
› Votre âge : 22.
› Vos impressions : J'avoue adhérer plutôt deux fois qu'une. Le design est propre. Le contexte est, lui, immersif, notamment par les nombreux topics qui ajoutent de la profondeur.
› Avez vous lu le règlement ? : Je l'ai lu. (Validé par Noctalis)
› Artistes Utilisés : Je n'en ai pas la moindre idée.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noctalis
Maîtresse des 7 péchés capitaux
Messages : 138
Date d'inscription : 20/10/2014
Age : 25
Localisation : Pandémonium
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 23 Nov - 15:54
VALIDATION


Coucou, l'histoire est très bien écrite. J'aime cette façon de mélanger les pensées du personnage et la narration. Son caractère lui correspond et je sens que tu t'imprègnes déjà de Nyx ♥ Je voulais juste te dire que je crois que c'est Asgard Ouest avec Melandru :') Pour commencer dans la zone désertique, là où les démons ont vraiment tout saccagés (Je ne me rappelle plus si je t'avais Est ou Ouest alors, pardon !).

N'oublie pas de générer ta fiche de personnage dans l'onglet profil et de mettre un lien dans ta signature vers cette fiche de présentation.

Je t'invite à te diriger dans cette partie du forum, afin de te créer une base de donnée pour lister des rps, créer une fiche de lien et de relation www. Je vais bientôt créer une fiche type pour que vous puissiez vous en sortir.

Si tu ne sais pas quoi faire désormais, n'hésite pas à faire une demande de Rp à cet endroit www.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: CONTEXTE :: REGISTRE DES PERSONNAGES :: BIBLIOTHEQUE :: HUMAINS-
Sauter vers: